Consortium d’Etablissements Français d’Enseignement Supérieur et de Recherche pour le développement de l’USTH

Recherche

La recherche à l'USTH se construit aux interfaces des 6 départements. Elle s'appuie sur le développement de technologies et de systèmes innovants (en particulier sur les TIC, les biotechnologies et les nanotechnologies) à l'échelle du laboratoire et ses applications dans les domaines de l'espace, de la santé, de l'énergie et de l'environnement.

L'accord intergouvernemental prévoit la création de laboratoires ou centres de recherche mixte internationaux regroupés dans une ou plusieurs écoles doctorales, placées sous la responsabilité conjointe de partenaires vietnamiens et français: universités, écoles, organismes de recherche et entreprises vietnamiennes et françaises. Des chercheurs, des enseignants-chercheurs et des ingénieurs – techniciens - administratifs vietnamiens et français y seront affectés par leurs établissements d'origine.

La France et le Viet Nam ont prévu de consacrer des moyens importants, tant humains que matériels à la recherche à l'USTH. La France (Ambassade de France / MAEEMinistère des Affaires étrangères et européennes) a d'ores et déjà apporté un financement de 1,2M€ pour l'acquisition d'équipements de laboratoires et le dispositif d'appui de la Banque Asiatique de Développement (BAD) prévoit, d'affecter plus de 35 M$ aux équipements d'enseignement et de recherche entre 2013 et 2018. Afin d'utiliser au mieux ces ressources, l'USTH s'est dotée d'un Conseil Scientifique (SEC), qui a un rôle de conseil et d'évaluation interne. Parallèlement, une démarche de réflexion stratégique a été lancée. Depuis janvier 2013, des réunions de travail sont programmées dans les 6 départements. Elles impliqueront en tout premier lieu les enseignants-chercheurs des partenaires du consortium et les partenaires vietnamiens (VASTVietnam Academy of Science and Technology, VAAS) qui œuvrent au quotidien dans les formations de l'USTH. Mais les parties prenantes externes (donneurs d'ordre, entreprises, ONG) seront également consultées et le projet scientifique des départements sera examiné par des évaluateurs externes.

Ce travail stratégique, mené par les directeurs de département conduira à deux résultats concrets:

  • la définition des axes de recherche des départements pour les dix années à venir, à l'intérieur desquels s'articuleront les futurs structures de recherche communes (LIA, LMI, GDRI, UMI, …)
  • une programmation de la recherche à 5 ans incluant les moyens matériels et les surfaces nécessaires à sa réalisation, les besoins spécifiques, les moyens humains, une politique de cofinancement et des objectifs qualitatifs et quantitatifs de publications.